Investir en ASEAN: Le Vietnam

Investir en ASEAN: Le Vietnam

Selon le rapport de 2013 de KPMG, une des plus grandes sociétés de services dans le monde et un des membres du « Big Four auditor », « Le Vietnam est considéré comme l’une des destinations les plus attrayantes pour les investissements étrangers. Ils commencent en effet à considérer le Vietnam comme un endroit d’investissement stratégique permettant d’atteindre une bonne rentabilité de leurs chaînes d’approvisionnement mondiales. Déjà plus de la moitié des sociétés Fortune 100 américaines possèdent des établissements au Vietnam. Le Vietnam est de plus en plus attrayant et ce grâce à ses incitations fiscales, son faible coût du travail, et ses infrastructures portuaires de plus en plus modernes et sophistiquées ».

Au cours des 30 dernières années, le Vietnam, s’est remis des ravages de la guerre (perte du soutien financier de l’ancien bloc soviétique et rigidités d’une économie centralement planifiée). Le pays a lancé des réformes économiques (Doi Moi) en 1986, qui lui ont permis de passer de l’un des pays les plus pauvres du monde à un pays à revenus intermédiaires, et ce, en un quart de siècle.

Faire des affaires

« Bien que l’économie vietnamienne reste dominée par les entreprises publiques, qui représentent environ 40% du PNB, le gouvernement a réaffirmé son engagement à la libéralisation économique et à l’intégration internationale », dit un rapport de PwC Thaïlande intitulé South East Asia – Investment Opportunities, Tax & Other Incentives.

« Le gouvernement a accéléré la privatisation des entreprises d’État pour rendre le processus de privatisation du pays plus complet. Le gouvernement vietnamien a l’ambitieux plan d’assouplir le processus de privatisation des grands conglomérats publics dans des secteurs tels que l’énergie et les télécommunications. En 2014, l’Etat vise à transformer le monopole actuel et la situation d’énergies subventionnées par un marché concurrentiel de production d’électricité. Dans la construction portuaire, la forme de partenariat public-privé (PPP) de l’investissement est encouragé et est de plus en plus populaire « .

En tant que pays en développement, le Vietnam souffre de l’insuffisance des infrastructures, mais a commencé à faire des investissements importants dans le domaine. Le gouvernement s’engage à augmenter le développement des infrastructures, construction de nouveaux ports à conteneurs, de routes et d’autoroutes, de ponts, de centrales électriques et de réseaux d’approvisionnement en eau.

Le mois dernier, la Trade and Development Agency des États-Unis a remporté deux contrats avec l’Autorité de gestion des chemins de fer urbains vietnamienne pour financer deux études de faisabilité sur la modernisation des systèmes de transports en commun à Ho Chi Minh-Ville et sur le développement de systèmes de réseaux électriques intelligents pour l’ensemble du pays.

Sur le plan juridique, selon PwC, « avec des efforts continus du gouvernement pour améliorer ses systèmes institutionnels, le système juridique du Vietnam s’est remarquablement amélioré, permettant au pays d’avoir de meilleurs indicateurs d’état de droit, et lui permettant ainsi de rattraper ses pairs plus développés de la région « .

Bien que diverses mesures aient été prises pour améliorer l’environnement administratif, cela reste une question qui a dilué l’intérêt des investisseurs étrangers envers le Vietnam. Cependant, le gouvernement s’est engagé à mener des changements constants et a entrepris plusieurs réformes majeurs qui ont apporté des changements importants dans l’environnement d’affaires vietnamien, par exemple, dans le domaine des douanes, avec l’introduction du e-douane et de la mise en œuvre de la procédures douanières One-Stop-boutique, qui ont permis aux entreprises de gagner du temps et réduire les coûts.

« Après son adhésion à l’OMC en 2007, le Vietnam est devenu un aimant pour les investissements étrangers et a vu un changement rapide d’une économie basée sur l’agriculture à économie une axée sur la fabrication et les services », dit PwC. Les exportations ont été le moteur le plus important du PIB, notamment l’exportation de vêtements et de textiles, pétrole brut, chaussures, produits agricoles et produits de la mer.

« Le Vietnam s’est transformé en une économie de marché dynamique dans lequel l’industrie et les services jouent un rôle de plus en plus important», dit PwC. « Avec des mesures progressives visant à libéraliser le marché du Vietnam, l’économie a connu un changement structurel transformant une économie basée sur l’agriculture à une économie axée sur les industries et services. » Les secteurs industriels et de services sont maintenant responsables d’une part beaucoup plus importante du PIB et connaissent une expansion beaucoup plus rapide que le reste de l’économie. Cela reflète le rôle prédominant de ces secteurs dans le renforcement de la performance globale du pays ».

Avec la hausse du revenu disponible, note PwC, l’économie du Vietnam est de plus en plus tirée par la consommation personnelle et la population grimpe sur l’échelle économique. Avec la jeunesse instruite du Vietnam, cette tendance devrait se poursuivre.

Le Vietnam est également l’une des destinations touristiques les plus populaires de la région et son industrie du tourisme a augmenté de façon spectaculaire au cours des dernières années. Le gouvernement a investi sur les activités promotionnelles à travers le monde pour stimuler davantage le secteur, présentant de nombreuses opportunités dans le domaine de l’accueil ainsi que des services connexes.

Incentives

« Le Vietnam veut s’impliquer plus profondément dans la chaîne de production mondiale et le gouvernement est en train de mettre l’accent sur la qualité plus que sur la quantité afin d’attirer les investissements étrangers directs (IED)», dit PwC. « Dans le but d’améliorer la qualité de l’IED, le gouvernement veut attirer des projets qui utilisent efficacement les ressources naturelles, renforcer les liens avec les entreprises nationales, et attirer davantage d’investissements dans les industries auxiliaires, l’agriculture, les services préférentiels, l’information et la technologie, et les industries de haute technologie ».

« Le gouvernement du Vietnam», dit KPMG, « cherche à attirer davantage d’investissements dans un large éventail de secteurs ». Selon la loi sur l’investissement, les secteurs favorisés sont :

  • La production de nouveaux matériaux et de nouvelles énergies; la fabrication de produits de haute technologie, la bio-technologie et la production mécanisée.
  • L’élevage, la culture et la transformation agricole, le secteur forestier et les produits de l’aquaculture, la production de sel, la création de variétés artificielles, nouvelle variété de faune et de flore.
  • L’utilisation de la haute technologie, la protection de l’environnement et l’écologie, la recherche, le développement de la haute technologie.
  • Les industries de main-d’oeuvre.
  • La construction et le développement d’infrastructures et de projets industriels importants à grande échelle.
  • Le développement de l’éducation, la formation, la santé, le sport, l’éducation physique et des cultures ethniques.
  • Le développement de l’artisanat et des industries traditionnelles.

Les investisseurs étrangers sont encouragés à investir dans les zones à conditions socio-économiques difficiles, les zones de hautes technologies et les zones économiques.

« Mis à part les investissements dans certaines industries, » déclare PwC , « le pays veut également attirer des investisseurs dans les zones reculées du pays qui sont encore sous-développées et ont besoin d’investissements. Des assouplissements sur les taxes et droits de douane sont mis en place, ainsi que des incitations foncières sur la location, sont mises à disposition des investissements dans les secteurs encouragés, et / ou sur les investissements dans des endroits géographiques encouragés ».

Est-ce l’apogée du Vietnam?

Le Vietnam est stable, avec une économie de marché dynamique qui se développe: entre 1991 et 2010, le pays a connu une croissance économique moyenne de 7,5% chaque année, et ce, malgré les nombreuses difficultés auxquelles il a été confronté.

Entre 2011 et 2013, la croissance du PIB a encore augmenté de 5,6%. Plusieurs prévisions internationales suggèrent que cette tendance se poursuivra en 2014-2015 et au-delà.

Soixante pour cent de la population est actuellement en âge de travailler, le pays est situé dans le cœur de l’Asie de l’Est, est un membre de l’OMC, et prend part aux décisions économiques internationales pour l’intégration, y compris les accords de libre-échange dans la région et ailleurs.

Pendant ce temps, le gouvernement vietnamien s’engage à créer un environnement juste et attrayant pour les investisseurs étrangers, en améliorant constamment son cadre juridique et ses institutions, et travaille dur sur la restructuration de son économie et de son modèle de croissance, ainsi que sur l’amélioration de la compétitivité nationale.

Le Vietnam reconnaît que l’investissement direct étranger représente une part importante de l’économie du pays, et son travail semble porter ses fruits: il y a actuellement plus de 16 300 projets d’investissements directs étrangers actifs dans le pays ce qui représente des investissements à hauteur de 238 milliards de dollars US. Ces investisseurs proviennent de 100 pays et territoires différent, et comprennent quelques-unes des plus grandes multinationales du monde. Les chiffres montrent que le Vietnam est devenu une destination de choix auprès des investisseurs étrangers.

Categories: ASEAN, Investment, Viêt-Nam

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*