Investir en ASEAN: la Thaïlande

Investir en ASEAN: la Thaïlande

« Avez-vous remarqué que, durant coup le d’Etat militaire en Thaïlande, tous les marchés ont été affectés ? », déclare Peter Kohli, chef de la direction du DMS Fonds. « La Thaïlande est un marché qui connaît un développement solide, mais à un point d’avancement différent des autres pays d’Asie, » Kohli ajoute que, « avant même le coup d’Etat, la Thaïlande faisait face à des défis. La manière de les résoudre dictera son évolution future et son aptitude à l’augmentation des investissements ».

 

L’économie de la Thaïlande a longtemps su ignorer les coups : l’armée a mis en scène au moins 11 d’entre eux depuis 1932, et AD Asia Group a été témoin de deux d’entre eux : en Septembre 2006, lorsque le général Sonthi Boonyaratglin a renversé Thaksin Shinawatra, et, en mai 2014, lorsque le général Prayuth Chan-ocha a évincé Niwatthamrong Boonsongpaisan, Premier ministre par intérim après que la sœur de Thaksin Yingluck ait été démise de ses fonctions par la Cour constitutionnelle.

« La Thaïlande, connue comme le « Pays du Sourire », n’a pas connu beaucoup de sourires au cours des dernières années. En 2011 il y eu la crue centennale qui a dévasté une grande partie du pays. En 2010 de violentes manifestations politiques ont éclaté à Bangkok. Pourtant, à travers tout cela, la résilience du peuple thaïlandais et de l’économie a persisté », explique PwC Thaïlande dans un rapport intitulé South East Asia – Investment Opportunities, Tax & Other Incentives.

 

Contexte

La Thaïlande est le seul pays d’Asie du Sud-Est à ne jamais avoir été colonisé ou dominé par une puissance étrangère, un fait dont les Thaïlandais sont particulièrement fiers. La politique du pays a longtemps été volatile : l’occupation du centre-ville de Bangkok par les «chemises rouges»  au printemps 2010 était sans précédent, cependant, deux ans plus tôt leurs rivaux, les «chemises jaunes», avaient fermé les deux aéroports internationaux de Bangkok pendant une semaine. Mais en dépit de leurs différences, les deux parties ont toujours été d’accord sur l’importance de poursuivre la croissance économique et d’attirer l’investissement étranger.

 

Faire des affaires en Thaïlande

 

L’infrastructure de la Thaïlande est considérée comme l’une des meilleurs en Asie du Sud-Est après Singapour et la Malaisie. Le pays dispose d’un réseau routier bien développé, un certain nombre de ports maritimes ultramodernes et des services de télécommunications et d’Internet efficaces. Le nouvel aéroport international de Bangkok (Suvarnabhumi) n’a que huit ans.

Le gouvernement s’est engagé à augmenter le développement des infrastructures et pour cela un plan de dépenses sur cinq ans de plus de 700 millions de dollars a été approuvé. Les projets comprennent de nouvelles routes inter-cités, le développement de systèmes urbains de transport en commun, l’extension du port, un nouveau réseau ferroviaire à grande vitesse entre la Thaïlande et la Chine et l’expansion de l’aéroport de Suvarnabhumi.

 

« Les inondations de fin 2011 ont eu un effet dramatique sur l’économie thaïlandaise avec la fermeture de centaines d’usines », explique PwC. Le coût humain était tout aussi catastrophique, plus de 1 million de Thaïlandais ont vu leurs maisons détruites par les inondations.

Bien qu’il ait été reconnu que cette catastrophe revêtait un caractère exceptionnel, le gouvernement s’est engagé à des mesures de prévention des inondations importantes sur le court et le long terme. Sur le court terme, tous les grands parcs industriels devront ériger un mur anti-inondation plus élevé et ce, tout autour du parc. À plus long terme, de nouveaux barrages, réservoirs et canaux de drainage seront construits ».

 

Afin d’accroître la compétitivité du pays, le gouvernement a réduit le taux d’imposition sur le revenu des sociétés, de l’historique 30% à 23% en 2012 et 20% en 2014/15 (un chiffre qui est appelé à devenir permanent).

Cela fait de la Thaïlande, le deuxième pays au taux d’imposition le plus bas de l’ASEAN après Singapour.

 

L’économie

 

La Thaïlande a longtemps été à la pointe de l’industrie manufacturière et de l’exportation de ses produits : voitures («La Thaïlande a été appelé le « Detroit de l’Orient », note PwC), composants automobiles, électronique et le textile. Les autres principales exportations sont les produits agricoles et les fruits de mer. Le tourisme et les services connexes sont, quant à eux, également des éléments importants de l’économie.

 

Alors que l’exportation de produits manufacturés reste la plus importante composante de l’économie pour l’avenir, le passage à une économie plus axée sur le consommateur est en cours depuis un certain nombre d’années et s’accélère, entraînée par une classe moyenne en croissance continue qui est elle-même entraînée par les dernières mesures populistes du gouvernement : les concepts d’achat d’un premier logement et acheteur d’une première voiture ainsi que l’élévation du salaire minimum.

« Les deux passe-temps favoris des Thaïlandais sont : d’abord, manger, et ensuite, faire du shopping », déclare PwC. « Les Thaïlandais aiment tout ce qui vient de l’Ouest, du fast-food à l’habillement en passant par les produits de luxe. L’allongement du crédit grâce aux cartes de crédit et les prêts à la consommation ont augmenté le pouvoir d’achat des Thaïs. Le secteur de la distribution est en forte croissance avec, tous les six mois, l’ouverture à Bangkok de centres commerciaux de luxe ».

Le bien le plus précieux de la plupart des adolescents thaïlandais et des jeunes adultes est leur smartphone, la métropole mondiale comptant le plus grand nombre de comptes Facebook est Bangkok. Ces futurs consommateurs sont attirés par l’achat en ligne et les e-commerces.

 

Bien que toujours important, le secteur agricole représente une part de moins en moins grande de l’économie globale du pays.  Les techniques agricoles plus modernes ont remplacé la jeune main d’œuvre Thaï qui se dirige aujourd’hui vers les secteurs industriels et de services. Bien que le taux de chômage ait été très faible pendant un certain nombre d’années, de nouvelles usines ont réussi à attirer les travailleurs du secteur agricole, une tendance qui devrait se poursuivre.

 

Les incitatifs

 

Le gouvernement thaïlandais a encouragé activement les investissements nationaux et étrangers, qui sont considérés comme importants et bénéfiques pour le développement économique et social du pays – en particulier les activités qui impliquent la production pour l’exportation ou renforcent les capacités industrielles et technologiques du pays. Un accent particulier est mis sur les initiatives « vertes », le R&D et les nouvelles technologies. L’augmentation de l’emploi n’est plus un facteur critique en raison du faible taux de chômage.

 

« Pour soutenir et encourager l’investissement, le gouvernement offre aux investisseurs certains privilèges sous diverses formes : les exemptions ou réductions de taxes et de droits, certaines autorisations, des garanties et mesures de protection», déclare PwC. « Les principales lois régissant la promotion de l’investissement sont la Investment Promotion Act de 1977 et l’Industrial Estate Authority of Thailand Act de 1979. Les organismes chargés d’administrer ces lois gouvernementales sont le Board of Investment et l’Industrial Estate Authority of Thailand ».

 

En vertu de la Investment Promotion Act, le Board of Investment est autorisé à désigner des activités commerciales admissibles à la promotion et à accorder des incitatifs aux investissements qualifiés. Pour avoir droit à ces incitatifs à l’investissement par le BOI, l’investisseur doit être une société anonyme, une fondation ou une coopérative constituée en vertu de la loi thaïlandaise.

 

Les investisseurs peuvent également recevoir des incitatifs de l’Industrial Estate Authority of Thailand  si les projets d’investissement sont destinés à certains domaines. Les zones industrielles en Thaïlande sont classés en trois catégories: celles exclusivement détenues et gérées par l’IEAT ou gérées conjointement entre l’IEAT et des développeurs privés sont admissibles aux incitatifs de l’IEAT, tandis que les projets entièrement détenues et gérées par des promoteurs privés ne le sont pas.

 

Investissements immobiliers

 

Malgré les hauts et les bas et les turbulences occasionnelles des 15 dernières années, l’économie du pays a continué de croître en moyenne de 5% par an de 1999 à 2007, et la demande de biens a quant à elle flambé : la valeur des transactions foncières et les projets de construction ont bondi de 16,5% en 2013 soit 30,6 milliards de dollars selon le Land Department. Ce dernier a déclaré que les permis de construction résidentielle ont également augmenté de 12,8% soit 84 023 unités, tandis que les enregistrements de copropriétés ont bondi de 25,1% soit 102 200 unités, et le taux de nouvelles maisons à Bangkok a augmenté de 5,6% soit 131 954 unités – et tout cela alors que les rues étaient remplies de manifestants.

 

Pendant tout ce temps, nous avons élargi la richesse de nos connaissances du marché et avons multiplié nos connexions locales afin d’offrir des solutions sur mesure et clé en main aux investisseurs attirés par le marché thaï.

 

A Bangkok, AD ASIA Property est l’une des premières sociétés immobilières de la région et fournit des services de développements immobiliers et de gestion immobilière de qualité supérieure. Notre portfolio primé compte des projets ayant valeur d’investissements, y compris trois passionnants développements actuels. Cela atteste de notre dynamisme et de notre professionnalisme.

 

AD ASIA Construction est la dernière acquisition du groupe et fournit un soutien appréciable pour une multitude de projets en Thaïlande. Nos équipes, fortes de nombreuses années d’expérience pratique dans leurs domaines d’expertise respectifs, ont mis en place un impressionnant portefeuille de services : gestion de la construction, planification de projets de construction, gestion du programme, estimation des coûts, gestion des demandes de construction, gestion des technologies et de la formation.

 

Contactez-nous si vous souhaitez faire votre entrée sur le marché immobilier thaïlandais.

 

Categories: ASEAN, Investment, Thaïlande

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*